fbpx
Partager

Depuis quelques semaines, un petit être fait la une des médias du monde entier. Il est minuscule, il est si petit qu’il n’est visible qu’à un microscope. Et pourtant c’est la nouvelle star des écrans. Je veux parler du « tristement célèbre » coronavirus ou COVID-19. Au début de l’épidémie en Chine, nous nous sentions peu concernés, pensant être bien protégés sous nos climats chauds. Mais les dernières actualités dans les pays africains nous ont bien prouvé le contraire. La contagion se fait également sous nos cieux.

Alors dans cet article, il n’est pas question de parler des signes de l’infection à coronavirus qui sont assez bien décrits par les autorités de santé. Mais je voudrais m’attarder sur l’infection à coronavirus chez les patients ayant des antécédents cardiaques c’est à dire qui ont déjà développé une maladie cardiaque. Cela concerne également ceux qui actuellement sont porteurs d’une maladie du coeur.


Quelle relation entre le coeur et le coronavirus?

Alors, il faut savoir que de manière générale, les personnes ayant une maladie cardiovasculaire ont un risque plus élevé de faire des complications lors d’une infection pulmonaire ou d’une banale grippe. Ces infections déstabilisent et aggravent la condition cardiaque déjà affaiblie. Et les premiers rapports du COVID-19 ont confirmé cela (1).

Concernant la contamination et le développement des signes, nous sommes tous égaux devant la maladie. Les modes de transmission sont connus. La maladie se transmet principalement par voie aérienne « (gouttelettes via la toux, les éternuements, les postillons ou le simple fait de parler fort ou de crier) ». Récemment un autre mode de transmission secondaire a été noté : « toucher une surface ou un objet sur lequel se trouve le virus, puis se toucher la bouche, le nez ou éventuellement les yeux » (2)

A l’heure actuelle, on constate que le fait d’avoir une maladie cardiaque n’expose pas à un risque plus élevé d’être contaminé par cette infection.

Mais bien sûr, si vous avez une maladie cardiaque, il vous faut plus que quiconque respecter les mesures de protection. Car même si le risque d’avoir cette infection n’est pas plus élevé que la population générale, le risque de faire des formes graves par contre est certainement plus élevé.

Peut-être vous demandez vous, parmi les patients suivis par un cardiologue, qui est réellement concerné par ce risque élevé?

 


coronavirus-coeur


Qui est réellement à risque pour le coronavirus?

 

Il s’agit du risque de développer une forme grave de l’infection à coronavirus. Ce n’est pas le risque d’être contaminé par la maladie. Les personnes à risque de développer une forme grave de coronavirus sont listées par la Haute Autorité de Santé (HAS) française (3).

Parmi elles, on note « les patients aux antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA* III ou IV « (évoluée).

En termes simples :


  • Si vous avez déjà fait une crise cardiaque, qu’on vous a déjà mis un stent ou que vous avez déjà été opéré du coeur vous êtes à risque.
  • Si vous avez une maladie cardiaque avec un traitement que vous prenez depuis quelques mois et qu’on renouvelle à chaque fois, vous êtes à risque.
  • Si vous avez également de lhypertension artérielle, et que votre tension n’est pas équilibrée vous êtes à risque. Le fait d’avoir une hypertension stable ne semble pas exposer à un risque de développer une forme grave d’infection à COVID-19.
  • Bien sûr si vous êtes porteur de prothèse cardiaque, le risque est plus élevé.

Dans les premiers résultats publiés par l’étude de Wuhan, on note que parmi les patients ayant fait des formes graves de COVID-19, 50,3% étaient hypertendus, 22,2% étaient diabétiques, 25% avaient une maladie cardiaque et 16,7% avaient une maladie cérébro-vasculaire comme l’AVC.

NB. Il faut citer également comme personnes à risque entre autres les personnes âgées de plus de 70 ans, les diabétiques surtout sous insuline mal équilibrés ou ayant déjà fait des complications du diabète.

Donc, si vous êtes hypertendu, diabétique mal équilibré et que vous avez plus de 70 ans, le risque de faire une forme grave d’infection à coronavirus est plus élevé.

NB. Il faut noter que ces données ne sont pas figées car l’infection est récente et les scientifiques n’ont pas encore suffisamment de recul pour juger de tous les facteurs de risque.

Les derniers rapports médicaux en Europe notamment montrent que les sujets jeunes sont de plus en plus atteints et cela même pour les formes graves. Si vous avez une maladie cardiovasculaire même si vous êtes jeune, soyez prudents.

 


parapluie-protection-coronavirus-senegal


Que faut-il faire si vous êtes un sujet à risque?

 


  • Déjà protégez vous par rapport au coronavirus. Respectez les consignes des autorités de santé. Evitez de trop sortir de chez vous et limitez vos déplacements à ceux vraiment nécessaires. Continuez de suivre les instructions classiques données par votre cardiologue pour votre maladie et limitez le sel dans l’alimentation.


  • Suivez bien votre traitement. Ne sautez pas les doses. La Société Européenne de l’Hypertension (ESH) a publié un communiqué le 12 Mars 2020 concernant certains traitements des patients hypertendus. Il est actuellement convenu de maintenir les traitements de type « inhibiteurs du système rénine-angiotensine (inhibiteurs de l’enzyme de conversion IEC et ARA2) ». Il s’agit de médicaments finissant par -pril et -sartan. Rien ne justifie pour le moment l’arrêt de ces molécules sauf en cas d’aggravation du sujet malade (4). Dans ce cas, les réanimateurs décideront de toute façon de la prise en charge adéquate.


  • Si vous constatez les symptômes de l’infection notamment de la fièvre, appelez les numéros officiels pour vous faire dépister et évitez les contacts avec les autres jusqu’au résultat officiel (afin de ne pas les contaminer).


  • Au delà des signes classiques de l’infection à COVID-19, si vous présentez des signes inhabituels comme des accès de palpitations, des douleurs à la poitrine, consultez votre médecin pour faire le point. Certains de ces signes ont été décrits chez des patients infectés et présentant une maladie cardiaque en Chine (2).

NB. Il a été décrit des cas de signes cardiovasculaires dans les formes graves d’infection à coronavirus chez des patients qui n’avaient pas forcément de maladie cardiaque au départ. Mais je ne m’attarderai pas dessus aujourd’hui (3).


  • Prudence avec l’automédication. Evitez de prendre des anti-inflammatoires pour diminuer la fièvre. Il ne s’agit pas d’études validées mais l’équipe de réanimation de Bordeaux (France) a souligné le fait que l’un des points communs entre les cas graves d’infection à coronavirus qu’ils ont reçus, c’était que tous avaient pris des anti-inflammatoires pour baisser leur fièvre (Dr Benjamin Clouzeau ndlr « Mais nos malades ont tous le même profil, et j’insiste là-dessus : ils ont tous pris des anti-inflammatoires type ibuprofène, pour traiter les symptômes de fébrilité. C’est cela qu’il faut bannir. » Cela a également été évoqué par le ministre de la santé français le 14 Mars 2020. Il a incriminé les anti-inflammatoires comme potentiel facteur d’aggravation de l’infection à COVID-19. Si vous faites de la fièvre, prenez plutôt du paracétamol en attendant (Doliprane, Efferalgan, Dafalgan, Panadol …)

 

J’espère que cet article vous aura éclairé. Le but n’est pas de paniquer mais de rester prudents et vigilants. Car n’oublions pas que la santé c’est également « un esprit sain dans un corps sain » Homère. Alors, prenons nos précautions mais sans se laisser ronger par l’inquiétude ou la peur. Soyons solidaires pour stopper cette épidémie et que bientôt COVID-19 ne soit plus qu’un lointain souvenir.


Dr Kana Babaka

CardiologueFondatrice de CardioMédia

 

Références


  1. Wang, D. et al. Clinical Characteristics of 138 Hospitalized Patients With 2019 Novel Coronavirus-Infected Pneumonia in Wuhan, China. JAMA, doi:10.1001/jama.2020.1585
  2. Huang, C. et al. Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China. Lancet 395, 497-506, doi:S0140-6736(20)30183-5 [pii] 10.1016/S0140-6736(20)30183-5 (2020).
  3. Zheng, Y. Y., Ma, Y. T., Zhang, J. Y. & Xie, X. COVID-19 and the cardiovascular system. Nat Rev Cardiol, doi:10.1038/s41569-020-0360-5 10.1038/s41569-020-0360-5 [pii] (2020).

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Partager

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :